Présentation

  • : www.lesenfantsdepierrevert.com
  • www.lesenfantsdepierrevert.com
  • : organiser des loisirs et proposer des séjours de vacances à des enfants et adolescents particulièrement issus d’un milieu social défavorisé.

La veillée

 

 

Reseaux sociaux

Logo-Twitter-3Logo-mailflickr

23 mars 2011 3 23 /03 /mars /2011 17:45

 la légende de Saint-Patrice

 

 

 

 Saint Patrick2

L'homme se tenait immobile dans le vent.

Le mistral qui soufflait depuis deux jours

avait chassé les nuages lourds qui

venaient de là-haut vers Montfuron. La longue

limousine de brebis étirait un peu plus vers l'azur la

silhouette hiératique tournée vers Sainte-Tulle. Et,

pour qui montait du Chaffère, le pastre paraissait

figé sur la colline, dernier sursaut de Pierrevert

avant la descente sur la vallée de la Durance.

L'homme,c'était Patrice, le berger de la

communauté. Il avait l'habitude de mener là les

brebis de Monseigneur Pierre de Bernier, entre Crau

et Saint Michel.Patrice avait trois passions: ses bêtes qu'il avait  mises  à  l'adretles  simples  qu'il cueillait à longueur d'année au gré de ses parcours et celui qui était son saint patron: Patrice l'irlandais, dont on lui avait toujours dit qu'il avait  été savant dans l'art des herbes, justement.

 

Patrice,  n'était  pas  très  intelligent,  mais  ce  qu'il savait, il le savait bien et les plantes du Bon Dieu l'avaient rapproché de Saint-Patrice à qui il vouait une admiration  sans bornes. Et il avait asquis au grès des ans une solide culture botanique. La baasse n'avait pas de secret pour lui, il connaissait toutes les vertus du bre d'ai, mento et serpoul entraient dans toutes les tisanes de sa composition. Car si dans le village, Patrice passait pour niais dans les choses de la vie, il était un domaine dans lequel il n'avait pas son pareil, c'était celui des remèdes

qu'il fabriquait avec les simples.

On venait de fort loin pour lui demander de

fabriquer pour un emplâtre ou de composer une

décoction, toutes préparations qui faisaient

merveille et qui avait forgé sa renommée.

Or, en cet an de grâce 1631, un mal

terrible sévissait dans la vallée, là-bas

où l'air malsain prenait un malin plaisir

à drainer les miasmes depuis la lointaine Marseille.

Aussi, Patrice avec ses remèdes attirait-il tous ceux

qui voulaient se soigner et fuir la plaine. Pierrevert

avait échappé à ce terrible fléau qu'était la peste,

mais tous ces gens qui venaient d'en-bas menaçaient

la santé des gens d'ici. C'est pourquoi Messire de

Bernier et la communauté avaient-ils enjoint à

Patrice d'aller administrer ses potions et ses remèdes

directement dans la vallée.

Patrice était arrêté là sur le chemin de

Sainte Tulle tournant le dos à son village

natal, mais une force indicible le retenait,

l'empêchant d'aller plus loin. Sa pauvre tête n'en

pouvait plus: la tristesse de se voir rejeté le disputait

à son impuissance à guérir le mal.

 

- Buon San Patriço, venès m'ajuda...

A peine ces mots avaient-ils été prononcés qu'un

veil homme apparut. L'ample manteau qui

l'enveloppait ne parvenait pas à masquer la forme

d'un objet assez volumineux qu'il portait sur son

ventre. Notre berger fut pétrifier par cette apparition

aussi étonnante qu'imprévue.

 

-C'est moi Patrick, j'arrive de ma lointaire Irlande.

Je te connais, je t'aime bien. Je sais que tu as besoin de moi. Tiens, ajouta-il en ouvrant son manteau, prends cette gourde, j'y est mis un liquide de ma fabrication. Retourne à Pierrevert et donnes-en à tes parents, à tes amis, à ton seigneur: en quelques jours la peste aura disparu des environs.

Dès que  Patrice  eu pris  la  gourde,  l vieillard s'envola  comme  il  était  arrivé.  Le  jeune  homme exécuta    les    ordres    de    son    saint-patron    et, effectivement,  en  peu  de  jours,  la  peste  disparut complétement.

Depuis  cette  époque,  Pierrevert  vénère Saint   Patrice   comme   patron   de   la paroisse. Et à l'endroit de la miraculeuse

rencontre fut construite la chapelle portant le nom du saint irlandais.

Saint Patrice

 

 Patrice (Patrick) est né vers 380 en Ecosse

 Son  père, membre de  la société   romaine   chrétienne   était

d

écurion.  A  seize  ans,  il  fut  enlevé  par  des pirates irlandais qui l'emmenèrent dans leur île. Patrick fut berger pendant six années. Il réussit 

à

s'enfuir et gagna la Gaulle, lérins et Auxerre où il étudia sous la direction de Saint-Germain. Ordonné diacre puis évèque, il regagna l'Irlande vers 432. Il y avait déjà des chrétiens et Patrick installa son siège épiscopal à Armagh, organisa

l'Eglise d'Irlande en créant des diocèses et en 
établissant
des monastères qui contribuèrent à

l'évangélisation de l'île.

Il mourut probablement en 461. Il a laissé une sorte d'autobiographie "Confession Patrick"  et une "Lettre" à Coroticus, Prince du "Pays de Galles".

Il est le patron de l'Irlande qui lui doit le trèfle comme emblème. Sa fête de célèbre avec  une grande solennité à New York et en Irlade le 17 mars et, à Pierrevert, le Lundi de Pentecôte.

 

 

Chapelle Saint Patrice

  la chapelle ST Patrice

La l gende de St Patrice-1 La l gende de St Patrice-1  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0
Published by denis